Caricatures de présidents

Societeetrepresentation 36 130DOIZY Guillaume, DUPUY Pascal, Sociétés et représentations n°36 Caricatures de présidents , Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, 280 p. 25€
La satire visuelle visant les présidents de la République constitue un formidable laboratoire de réflexion et offre, grâce à un corpus innombrable, des possibilités comparatistes sans précédent. Les contributions réunies dans ce numéro de Sociétés & Représentations s'intéressent au rôle de la caricature politique et à sa mécanique sur le temps long, à partir d'un motif dont la présence transcende la vie politique française depuis le milieu du XIXe siècle.(Editeur )
Voir site C&C

 

 

 

      Pascal Dupuy et Guillaume Doizy proposent dans ce numéro 36 de la revue Sociétés & Représentations un  dossier fort intéressant sur les « Caricatures de présidents 1848-2012 ». Fruit d’une journée d’études organisée en octobre 2012 à Saint-Just-le-Martel dans le cadre du salon annuel du dessin de presse, ce dossier comprend après les propos liminaires des deux organisateurs et un article introductif de G. Doizy sur l’identité caricaturale et la carrière caricaturale des présidents sept articles qui se penchent sur le traitement réservé à dix des vingt-trois présidents français dans des revues françaises (ou allemandes pour la contribution sur Poincaré). Un  dernier article élargit cette thématique avec l’étude de Souheil Fakhfah et Rachida Tlili sur la caricature à l’épreuve du ‘printemps arabe’.
     L’ensemble est excellent, même si les différentes contributions ne peuvent répondre entièrement aux nombreuses interrogations de l’introduction, à savoir la différence de traitement entre les présidents « forts » et ceux dotés d’un pouvoir limité, l’incidence de l’introduction du suffrage universel pour l’élection présidentielle ou l’évaluation de la représentation symbolique des présidents.  Pour ce faire, il faudrait rassembler encore davantage de contributions et mener des enquêtes complémentaires.
Mais le dossier, répétons-le, est de très bonne facture. G. Doizy et P. Dupuy ont fait appel à des spécialistes reconnus des journaux ou des supports étudiés et le lecteur prend grand plaisir à découvrir ce qu’écrivent Michela Lo Feudo sur Louis-Napoléon Bonaparte, Jean-Luc Jarnier sur Jean-Casimir Perier, Bruno de Perthuis sur Emile Loubet, Pierre Brouland sur Poincaré, Agnès Sandras sur Deschanel, Laurent Martin sur De Gaulle et Stéphane Mazurier sur les présidents français de de Gaulle à Mitterrand.
     La plupart des contributeurs se sont concentrés sur la vision véhiculée par un périodique ou un artiste particulier (Orens Denizard, le grand créateur de cartes postales illustrées), Jean-Luc Jarnier , Agnès Sandras et Pierre Brouland proposent un panorama plus diversifié, obligatoirement moins précis et éventuellement plus contestable. On note particulièrement dans l’article par ailleurs très instructif et très documenté de Pierre Brouland sur la représentation de Poincaré dans la caricature allemande que l’auteur a exclu les revues situées à gauche du parti social-démocrate et que les différences de ton, même si les procédés graphiques paraissent semblables, entre les revues de droite et de gauche sont largement gommées.
     A la fin de ce dossier, les propos de S. Fakhfah et F. Tlili mettent bien en évidence la renaissance du dessin de presse tunisien dans l’effervescence politique et sociale du printemps arabe. Caricaturer le président est maintenant admis, et les deux auteurs en viennent à affirmer que la caricature, en stigmatisant le personnage du Président de la République, permet de bouger les lignes. Conclusion optimiste.
    On ne peut que recommander à tous la lecture de ce dossier et féliciter les différents contributeurs. On regrettera simplement la qualité parfois très médiocre des reproductions (Sociétés & Représentations nous a souvent habitués à mieux) et l’absence de caricatures tunisiennes.

 

JCG