Roman et caricature

guinandRoman et caricature au XIXe siècle - Poétiques réalistes entre Illusions perdues et Education sentimentale
Ouvrage de Cécile Guinand, paru chez Droz, Genève 2020, 455 pages

 

 

 

 

 

 

 Commentaire de l'éditeur et sommaire: 

Au XIXe siècle, la caricature connaît un essor sans précédent en France et les écrivains s’intéressent de près à ce phénomène médiatique qui n’est pas sans lien avec le réalisme littéraire. Déformation au service du dévoilement de la vérité, écart face au discours politique officiel et en porte-à-faux vis-à-vis des canons culturels, la caricature modèle l’imaginaire des écrivains qui s’inspirent de ses codes et mettent au point une caricature textuelle. Art en constant dialogue avec le contexte historique, politique, social et culturel, la caricature est indissociable de ses supports de diffusion : littérature panoramique, presse satirique illustrée, monde du théâtre, albums… ces différentes formes éditoriales sont autant de sources pour les romanciers qui s’en inspirent en même temps qu’ils s’en distancient. De l’étude sémiotique à l’analyse socio-culturelle médiatique, cet essai détaille les implications littéraires des relations entretenues par le roman réaliste et la caricature en s’appuyant sur deux œuvres majeures qui mettent en abyme ce contexte culturel, social et médiatique particulier : les Illusions perdues de Balzac et L’Éducation sentimentale de Flaubert.

Table des matières

Introduction

PREMIÈRE PARTIE. DE L’APPRÉCIATION ARTISTIQUE À L’APPROPRIATION RHÉTORIQUE

Chapitre premier. Caricature visuelle et textuelle

Daumier, la puissance brutale et Gavarni, la finesse élégante

Image à lire, texte à voir

Les postures du caricaturiste

Chapitre II. La caricature pensée par les écrivains du XIXe siècle

Fonder une tradition entre les pôles de la fantaisie et de la satire

Deux écrivains-caricaturistes : Rabelais et Hoffmann

Réhabiliter la caricature moderne

Au plus près du réel

Analyser et subvertir

De l’idée à la forme

Chapitre III. Physiognomonie et phrénologie

Flaubert et la satire des pseudosciences

Balzac et le sens physiognomonique

«Signes permanents» et «impermanents»

Chapitre IV. Homologies rhétoriques

Réduction et exagération

Contrastes internes et externe

Analogies formelles: l’animalisation et la réification

Costumes et attributs

Du cabinet de toilette à la rue

Chapitre V. L’image et sa légende

Rapport de consonance

Rapport de dissonance

La caricature... Solitaire?

SECONDE PARTIE STRUCTURES ET STRATÉGIES MÉDIATIQUES

Chapitre VI. Caricature, littérature panoramique et Physiologies

Le Type : modèle idéal et allégorie

Le type: individualité de l’étude de mœurs

Compétence panoramique

Balzac et Les Français peints par eux-mêmes

Flaubert et les Physiologies

Perspectives sur le bas-bleu : Soulié, Janin, Daumier et Flaubert

Les lorettes et les actrices selon Gavarni, Balzac et Flaubert

Chapitre VII. La caricature de presse

De l’arme au lieu commun

Renouvellement satirique du roman

Connivence ludique et satirique

Robert Macaire et la blague

Chapitre VIII. Les planches: caricature et théâtre

Monde des théâtres et theatrum mundi

Scènes dessinées à la plume

Le comique de gestes

Le quiproquo selon Gavarni

La mystification selon Henry Monnier

Chapitre IX. L’album et la caricature

L’album du voyageur

L’album amicorum

L’histoire en estampes

L’album de caricatures

Conclusion

Bibliographie

Index

Table des illustrations