Le journal satirique grec "Pontiki" (La souris)

Traduction et présentation de quelques passages du numéro du 19 novembre 2009 de la revue grecque Ponticki (La souris), par Ioanna Assaryotakis (Merci à la revue pour l'autorisation)

 

 

LA SOURIS (PONTIKI)
JOURNAL HEBDOMADAIRE POLITIQUE,
SATIRIQUE ET APOKALYPTIQUE.
JEUDI 19 NOVEMBRE 2009

 

 






LETTRE OUVERTE DE MIKIS THEODORAKIS

 

 

Chaque fois que des groupes terroristes visent, dans leurs déclarations, des personnalités connues, ces dernières ont deux types de réaction : soit elles demandent à la police une protection renforcée, soit elles optent pour un mutisme sage, afin d’éviter toute provocation. Mikis Théodorakis, lui, a réagi de manière aussi impulsive qu’étonnante, en confirmant qu’il a toujours été du côté de la subversion. C’est avec une passion d’adolescent qu’il a répondu aux agressions des membres de l’organisation terroriste appelé « Noyau de Feu » qui avaient fait état de « personnalités notoires, comme Mikis Théodorakis, qui, à l’époque de la junte ont recouru à l’auto-exil confortable parisien ». Ainsi, il a envoyé, le jour même de la fête de l’Ecole Polytechnique - le symbolisme ne saurait être plus clair - une lettre ouverte dans laquelle on lit : « Ma maison se trouve dans une petite rue perpendiculaire à la rue Garibaldi, la rue Epifanous, au numéro 1. Quand je suis dans mon lit, j’ai en face de moi le mont Philopapou d’où il vous est facile de me brûler vif ».
L’invitation est ouverte. D’autres que lui se seraient munis de gardiens et de systèmes d’alarme sophistiqués. D’ailleurs, la plupart des célébrités de ce pays vivent dans des maisons entourées de hautes enceintes, avec agents de sécurité à l’entrée et chiens de garde dressés derrière l’inscription « Attention, chien méchant ». Mikis, avec sa déclaration, annule la frontière de la protection mais aussi de la peur. Le premier des Grecs, en donnant sa rue et son numéro, donne en même temps le message le plus éloquent d’une société qui ne tremble pas devant le terrorisme. Et le coup de grâce vient dans la dernière phrase de sa lettre où il apostrophe le dictateur Papadopoulos l’incitant à reconnaître sa lignée…Ainsi il place le terrorisme là où il appartient réellement : à côté de l’anachronisme le plus total, de l’abolition de la liberté et de l’autoritarisme et non de la prétendue « révolution » dont les terroristes se vantent, traditionnellement, d’être les précurseurs.

 

LA TORTURE DANS L’EUROPE DEMOCRATIQUE





 

« Ce sont des tortionnaires européens qui vous ont mis dans cet état? »
« Oui, mais là on va faire la pause de 5h pour le thé ».

Castration des condamnés pour abus sexuels en Tchéquie, « étouffement » des preuves de sévices infligés en Russie, mauvais traitements et privation des droits élémentaires en Italie, à Malte, en Grèce et en Espagne, alors que dans presque tous les pays européens la séquestration des mineurs et l’enfermement dans les asiles psychiatriques continuent d’être des moyens de correction.
Dans un rapport publié récemment, à l’occasion du vingtième anniversaire depuis sa création, la CPT ( Commission Européenne de Prévention de la Torture), présente la face cachée de l’Europe civilisée qui a fait de la protection des droits de l’homme et des libertés individuelles son cheval de bataille.
Dans cette même Europe, en 2007, plus de 1,7 millions d’individus étaient en état de détention dans des conditions tout à fait incompatibles avec le respect des droits de l’homme.

 

MOYEN AGE


En Hongrie, les détenus récalcitrants sont attachés et portent des menottes, en Moldavie ils sont frappés sauvagement, suspendus à des …poutres, en Lettonie ils vivent dans des cellules sans aération ni lumière naturelle alors qu’en Tchétchénie ils sont nombreux à disparaître à la suite d’électrochocs et d’étouffements déguisés.
La technique de l’asphyxie est aussi pratiquée par les autorités suisses ; en Finlande l’utilisation des toilettes pendant la nuit est interdite, au Fyrom, malgré l’interdiction de l’usage de chaînes, les détenus restent attachés dans leurs lits, alors qu’en Bosnie on utilise des battes de base-ball et des barres métalliques pour l’interrogatoire des suspects ou des détenus.
En Grande Bretagne, sous prétexte d’interrogatoire pour actes terroristes, le garde-à-vue provisoire des suspects dure, d’après la loi, 42 jours, et en Turquie le leader des Kurdes Amdullah Öcalan continue à être emprisonné dans des conditions d’isolement total et cela malgré les interventions répétées de la CPT déclarant qu’il encourt des risques de détérioration de son état mental.
L’action de la CPT et de ses experts est basée sur son droit de visiter les centres de détention de toute l’Europe (exception faite de l’Ossétie du Sud et de la Partie Occupée de Chypre) et de publier les données de ses contrôles.
Pour montrer cette face cachée de l’Europe démocratique il a suffi d’une journée de rencontre entre les experts et spécialistes de la Commission contre la torture du Conseil de l’Europe.
Pour la suppression totale de la torture et du traitement indigne des prisonniers en Europe il faudra, néanmoins, ainsi que l’ont avoué les personnes compétentes, plusieurs années encore et un changement des mentalités, aussi bien pour les autorités que pour la société européenne.
La torture perdure en Europe, a avoué la Secrétaire Générale par intérim Maud de Byor - Boukikio en soutenant que les méthodes mêmes utilisées pour la privation de la liberté de certains individus constituent un traitement inhumain et déshonorant.

VACCIN CONTRE LA GRIPPE A



« Comment vous-sentez-vous, Madame la Ministre? »
« Parfaitement bien! Et dire qu’il y en a qui pensent que le vaccin a des effets secondaires ».








- Vous vous êtes vaccinés contre la grippe?
- QUOI ! Tu nous prends pour des cobayes?
- Le vaccin est encore au stade d’essai.
- Attendons les résultats d’experimentation sur les hommes et après on verra.